VOUS AVEZ OUBLIÉ VOS IDENTIFIANTS ?

Programme auprès des HSH

L’enjeu | Réduire la prévalence du VIH auprès des populations en situation de vulnérabilité

Le Botswana est le 3ème pays avec la plus haute prévalence VIH au monde avec près de 21,9% (UNAIDS, 2017). Et les populations en situation de vulnérabilité sont disproportionnellement touchées, notamment les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (HSH) qui font face à de nombreux obstacles dans l’accès aux soins de santé, principalement la discrimination, et la stigmatisation.

L’innovation | Programme de prévention auprès des HSH

Pourtant, le Botswana est le 1er pays africain à avoir distribué gratuitement des traitements antirétroviraux, ce qui a permis un décroit significatif des nouvelles infections passées de 15 000 en 2005 à 9 100 en 2013.

Mais les écarts à combler auprès des populations en situation de vulnérabilité restent considérables. C’est ainsi que ACHAP, sous récipiendaire du Fonds mondial, a débuté un programme dédié aux HSH pour réduire l’incidence du VIH en renforçant les accès aux services de prévention, traitement, prise en charge et soutien dans 7 districts à haute prévalence.

Plusieurs activités clés sont mises en place pour atteindre ces objectifs :

  • Activités de sensibilisation dans des lieux fréquentés par les HSH
  • Réunions collectives hebdomadaires comme plateforme d’apprentissage et de partage sur les thèmes des droits humains, de la prévention, d’accès aux soins, etc.
  • Soutien vers les services de suivi psychologique, légal, ou encore psycho-social
  • Orientation vers les structures de santé
  • Cliniques mobiles pour les populations les plus inaccessibles

En juin dernier, l’homosexualité au Botswana a été décriminalisée alors qu’elle pouvait être passible de 7 ans de prison, une décision qui doit donner une nouvelle envergure aux programmes de soutien aux HSH.

Partenaire :

Prévention auprès des adolescents

L’enjeu | Le manque d’éducation sexuelle pour les adolescents

Les jeunes (10-29 ans) représentent 44% de la population du Botswana, et presque un quart ont entre 10 et 19 ans. Cependant, seulement 43% d’entre eux ont une connaissance approfondie du VIH et presque la moitié ne parviennent pas à identifier les erreurs les plus répandues autour de la transmission du VIH/SIDA. En cause, une éducation sexuelle peu développée auprès des adolescents.

L’innovation | Programme de prévention auprès des adolescents

Différents programmes dédiés aux adolescents ont ainsi vu le jour depuis quelques années, notamment soutenus par le Fonds mondial, avec pour objectif de redynamiser les efforts de prévention autour de 3 activités complémentaires :

• Renforcement de l’éducation sexuelle menée grâce à la formation et le déploiement de pair-éducateurs pour un soutien au changement de comportement positif

• Augmentation des services de conseil et dépistage du VIH dans les structures de soin publiques mais aussi à travers la mise en place de cliniques mobiles auprès des jeunes

• Encouragement à la circoncision masculine volontaire dès le plus jeune âge - passée de 11% en 2008 à 30% en 2016 grâce à une stratégie de sensibilisation porte-à-porte et les réseaux sociaux.

Le programme encourage aussi les jeunes à participer à des activités de développement personnel et professionnel - notamment à travers des workshops sur l’auto-entrepreneuriat, le théâtre, le chant, etc.

Partenaire :

Tuberculose dans le secteur minier

L’enjeu | Combattre la tuberculose dans le secteur minier

La tuberculose constitue un problème majeur dans l’industrie minière d’Afrique australe. En Afrique du Sud, le taux d’infection parmi la main-d’œuvre des mines d’or représente 2 500 à 3 000 cas pour 100 000 personnes. Une incidence 10 fois supérieure au seuil fixé par l’OMS pour en faire une urgence sanitaire.

Parmi les facteurs qui entraînent cette forte incidence :

  • l’exposition prolongée à la poussière de silice, qui diminue la réponse immunitaire de l’organisme aux bactéries telles que la tuberculose ;
  • des conditions de vie difficiles et un surpeuplement qui augmentent le niveau de transmission ;
  • une forte prévalence du VIH qui augmente le risque de co-infection ;
  • une mauvaise gestion transfrontalière des soins - sachant que l’industrie minière dépend des travailleurs migrants originaires des pays voisins.

L’innovation | Premier centre d’accueil dédié à la tuberculose pour la communauté minière

En 2017, le premier centre du pays, financé par le Fonds mondial, et dédié au diagnostic de la tuberculose pour la communauté minière a ouvert ses portes au Botswana. Il permet d’assurer le dépistage de la tuberculose en moins de 2 heures, grâce à l’implantation du GeneXpert. En parallèle, le patient a également accès aux rayons X pour détecter toute autre maladie respiratoire mais également au dépistage gratuit du VIH, maladie avec forte incidence chez les mineurs d’or. En proposant l’ensemble de ces services dans un même lieu, le centre accueille des patients du pays entier qui peuvent obtenir l’ensemble de ces résultats en moins de 24h, une solution concrète aux problèmes de transport et hébergement et donc de coûts engendrés.

En 2 ans, près de 7 000 patients ont été testés, dont 158 cas de tuberculose détectés.

Partenaire :

HAUT